La philosophie des projets au lycée

Une école, c’est, au-delà des cours qui s’y donnent, un environnement propice à l’apparition de projets en tous genres. Une école, c’est aussi un lieu de vie communautaire.

La philosophie globale qui agit dans les différents projets mis en œuvre au lycée repose sur une approche centrée sur l’élève.

Un projet n’existe d’emblée sans une intention ou un objectif à atteindre.

Nous n’imaginons pas de projets spécifiques ex nihilo, nous sommes à l’écoute des demandes que peuvent nous formuler nos élèves (soit explicitement au travers des différents conseils participatifs qui les mobilisent, soit encore au gré des rencontres) et nous souhaitons qu’ils s’y impliquent/s’y investissent réellement à un moment ou un autre.

La formule que nous utilisons maintenant repose donc sur 2 principes :

  • Un projet pour les élèves
  • Un projet par les élèves

Si rien ne se fait sans eux, il faut bien sûr aussi compter sur l’investissement “caché” des enseignants qui œuvrent dans la discrétion pour faire aboutir ces différentes idées.

Plus concrètement, nous recourons à une réalisation en étapes qui s’inspire du Design Thinking.

  • Formuler l’objectif du projet
  • Partir de ses intuitions, de ses observations, de sa capacité à se mettre à la place des autres
  • Partager ses idées, les faire évoluer
  • Expérimenter au fur et à mesure du développement du projet, “prototyper” ce qui est recherché, le faire évoluer selon les premiers retours des autres
  • Mettre en histoire le projet pour en donner le sens premier aux “utilisateurs” premiers.

 

 

En 2017-2018, plusieurs projets hors cours sont ainsi apparus :

  • SEB, une cellule d’écoute contre le harcèlement (par et pour les élèves, encadrés par des adultes).
    • Une vingtaine de personnes se sont formées aux différentes techniques d’écoute
  • Berlaymatic, un groupe d’élèves qui décident de prendre en charge le suivi technique des différents outils numériques présents au lycée
    • Élèves du 3e degré, ils épaulent la personne-ressource dans toutes ses démarches de maintenance. Ils équipent même une nouvelle salle à partir d’ordinateurs recyclés. Ils partagent leur connaissance entre eux.
  • 4 mini-entreprises
    • Élèves du 3e degré essentiellement, toutes options confondues
  • School Lab
    • Élèves et professeurs qui réfléchissent ensemble à l’aménagement d’un local spécifique dédié à la variété des apprentissages collectifs
  • L’école du mercredi après-midi
    • Comment organiser et proposer des activités que les programmes classiques ne permettent pas ? En associant les compétences cachées de chacun !
  • sans oublier … OXFAM, Amnesty et Opération Thermos qui fonctionnent chaque année sans qu’il soit nécessaire d’en relancer l’intérêt.

Vous le lisez, nous associons les élèves comme moteurs des projets possibles. Les projets ne sont pas ceux du lycée, mais ceux portés par eux. Évidemment cette pratique prend du temps … mais elle en vaut la peine. Nos élèves restent alors le cœur qui anime ces différents projets qui évoluent et s’adaptent d’année en année selon leurs intérêts.

Enfin, les enseignants demeurent à chaque instant l’élément catalyseur permettant la réalisation de tout cela. Sans eux aussi, bien sûr, rien ne serait possible.

En ce sens, nous croyons participer à l’autonomisation et la responsabilisation des jeunes qui nous sont confiés par l’investissement à la vie de l’école.