La mini-entreprise, une année entrepreneuriale enrichissante

L’école, ce n’est pas que “des cours” …

 

Les jeunes ont tous, dès le plus jeune âge, des envies de créer et développent des compétences entrepreneuriales.

Le projet des mini-entreprises révèle le potentiel entrepreneurial des jeunes et construit des ponts entre l’école et l’entreprise.

L’objectif principal de la mini-entreprise est d’encourager les élèves à activer leur potentiel entrepreneurial pour qu’ils deviennent les acteurs du développement économique, social et culturel. Comment ? En stimulant l’entrepreneuriat des jeunes selon la méthode du « learning by doing » (l’apprentissage par l’action).

Rêver, oser et créer sont les maîtres mots qui qualifient le projet !

 

Cette année, 4 groupes d’élèves de 5e et 6e années se sont lancés dans l’aventure de la Mini-entreprise, quelle que soit leur option de base. Les élèves ont assuré la création et la gestion d’une entreprise de petite taille tout au long de l’année scolaire.

Les mini-entrepreneurs ont développé aussi bien leurs « hard skills » en occupant des postes clés dans les départements ressources humaines, financier, technique, commercial; en collaborant au management, à la publicité, au marketing, à la comptabilité, aux techniques de vente, … ainsi que leurs « soft skills » en travaillant sur la collaboration, le travail en équipe, la créativité, l’autonomie, la prise de décision, la prise de parole en public etc.

 

Voici un aperçu des 4 projets de l’année 2017-2018:

  • Mush up : une boite permettant de faire pousser des pleurotes chez soi ;

  • Bottle up : kit permettant de donner une seconde vie aux bouteilles en plastique, grâce à des bouchons innovants ;

  • Tecet : de jolies trousses imperméables en tissu ultrarésistant ;

  • Body box : kit de remise en forme : roue abdominale, élastiques de résistances, t-shirt, essuie, gourde, programme de sport ainsi que des recettes de saison pour vous faire plaisir tout au long de l’année !

 

Mush-up et Bottle-up ont même été sélectionnées (16 projets retenus sur 349 !) pour participer au concours des mini-entreprises afin de représenter la Belgique francophone lors du concours européen. Les élèves ont ainsi dû apprendre à « pitcher » pour tenter de convaincre un jury composé de professionnels issus du monde de l’entreprise !

Nous espérons que l’édition 2018-2019 sera aussi prometteuse 🙂